« La Fraternité qui gagne » aussi chez les gens du voyage

13445449_239113229804925_7474409608257593959_n

Lanine 

 

Le 11 juin 2016 à Pecquencourt, dans le diocèse de Cambrai, le Festi’Frat a rassemblé près de 700 personnes autour du thème « La fraternité qui gagne ». Après le tout nouveau groupe Place et Parole des Pauvres de Cambrai, l’aumônerie des gens du voyage a pris la parole par l’intervention de Lanine.

Elle nous a partagé la réflexion qu’ils ont mené avec le soutien de Sr Bernadette Macabrey. Ce message est pour nous tous, les Gadjés… , les non-voyageurs :

Nous nous sommes retrouvés à plusieurs et nous avons essayé de partager ensemble ce que veut dire « la fraternité qui gagne »

Pour nous, LA FRATERNITE c’est d’abord familial, c’est être tous ensemble  en famille et s’aider les uns les autres. C’est un lien dur.

Bien sûr il y a des hauts et des bas. La fraternité en famille n’est pas toujours facile. Nous on vit tous ensemble, c’est une force. Il y a la fraternité en famille et la fraternité entre Voyageurs. On se reconnait entre nous, on a le même parlé, on se ressemble, on a les mêmes coutumes.

13435586_239113879804860_6408370637035965555_n

Mgr François Garnier et François

La fraternité est plus difficile pour nous avec les « gadjés », les non voyageurs. Mais elle est possible. Parfois on est regardé de travers, on n’est pas toujours respecté. On n’a pas la même mentalité que les sédentaires et il faut apprendre à se connaitre, c’est ça la fraternité, c’est le respect.

On a besoin des « gadjés », heureusement qu’ils sont là : ils apprennent à lire et à écrire à nos enfants, ils nous soignent, ils nous aident pour les papiers, quand on « chine » c’est eux qui achètent. Peut-être qu’un jour il y aura des Voyageurs médecins, instituteurs, mais ce n’est pas encore maintenant !

GAGNER pour nous c’est :

  • Quand on fait un projet et que ça aboutit comme par exemple faire un pèlerinage.
  • Quand tu fais une prière par exemple pour un malade et qu’il guérit, on dit « c’est gagné ». Là on a gagné avec l’aide de Dieu, grâce à Dieu et à notre foi.
  • Quand on fait des réunions de prière, des messes, on gagne l’amour de Dieu.
  • Quand d’autres nous rejoignent, on a gagné, on est plus riche parce qu’on est plus nombreux.
  • Quand on s’entraide, on est plus fort et on peut gagner. C’est rare qu’on gagne tout seul, surtout chez nous, on fait beaucoup de choses ensemble. Tout seul il n’y a pas de plaisir. Gagner à plusieurs c’est un plaisir, ça donne la joie.
13450144_239113776471537_7225342414700405843_n

Marie, Sr Bernadette et Jeanjean devant la camion chapelle

La fraternité qui gagne pour nous c’est

  • Que tout le monde s’entende bien et se respecte.
  • La fraternité qui gagne c’est quand on est tous ensemble, Voyageurs et sédentaires, dans la paix, la joie et le respect.
  • La fraternité qui gagne c’est quand on a plus peur les uns des autres.
  • On croit que la fraternité peut gagner, il faut y mettre du sien, faire chacun ce qu’il peut : on est des « colibris » !

Nous avons ensuite lu le texte d’Evangile : « Vous êtes le sel de la terre, vous êtes la lumière du monde »

  • On s’est dit qu’on est chacun des petites lumières et ensemble ça fait une grande lumière.
  • La vie est parfois difficile et nous avons beaucoup dit que ce qui nous donne de la force, ce qui « donne du goût à nos vies » ce sont nos enfants et le Seigneur.

Quelqu’un disait : « Ce qui me donne de la force, c’est d’avoir la croyance. Je me lève le matin et en mettant le pied par terre, je pense à Jésus et ça me donne de la force. Je prie le soir et le matin. »

On prie aussi beaucoup la Vierge Marie, on sait qu’elle nous comprend : c’est notre Mère à nous, la Mère du Monde. Elle comprend tous ses enfants.

Merci à vous, les voyageurs !